A > A

Du sud de la Corrèze au nord du Lot

visite d'exploitations
pour des bouchers venus de toute la france


journée des bouchers
Durant deux jours, des bouchers de toute la France ont parcouru la Corrèze et le Lot à la découverte des élevages de ces deux départements. Au programme du dimanche 24 avril 2016, une entrée en matière touristique avec la visite du site équin de Puy-Marmont et du château de Pompadour. Le lendemain, la journée était plus « technique », avec un parcours sur trois exploitations agricoles. Deux journées d’échanges, de dégustation et de visites, organisées par la Capel, Viandes de Corrèze et Arcadie Destrel, très appréciées par les professionnels présents.
 
Objectif pour les bouchers : comprendre les productions labellisées qu'ils valorisent et vendent toute l'année dans leur boutique. Invités par les équipes commerciales et techniques des sociétés Viandes de Corrèze et Destrel, ils ont pu prendre connaissance des étapes indispensables aux élevages qui forgent les labels de leur étal.

journée des bouchers gaec besse saint-martin-sepert
C’est de bon matin, au GAEC Besse, à Saint-Martin-Sepert, en Corrèze, que les visites ont débuté. Vincent Besse expliquait aux visiteurs ce qu’impliquait son travail au quotidien. Avec 160 mères, et selon un système naisseurs reproducteurs engraisseurs, l’éleveur produit 145-150 veaux à sevrer, qui entrent dans un processus de sélection, dans le cadre du label Blason prestige. « Pour les animaux de boucherie, ce sont les animaux les mieux conformés que l’on valorise le mieux, explique Vincent Besse. Je me suis attaché à garder les animaux que mon père avait travaillés pour la sélection ». Pascal Hermand, directeur de Viandes de Corrèze et de l’abattoir de Saint-Viance, confirmait : « Les animaux du GAEC affichent une finesse d’os, de forts quartiers arrière, un bon développement de dos, et donc une grande finesse de viande ».



journée des bouchers chez comby saint-bonnet-lenfantierQuelques kilomètres au sud, sur la commune de Saint-Bonnet-Lenfantier, Laurent Comby, son épouse et ses parents accueillaient à leur tour le groupe. Installé depuis le 1er janvier 2016, Laurent Comby travaille le veau sous la mère, dans un bâtiment traditionnel, avec les vaches à l’attache et les veaux en case collective à l’arrière. A l’année, en moyenne l’exploitation enregistre 60 à 65 veaux. Les bouchers s’interrogeaient sur le rythme des tétés, l’alimentation des veaux, leur poids à la naissance et à l’abattage, etc. Christian Condamine, responsable de l’Organisation de producteurs bovins à la Capel, insistait sur l’indispensable présence quotidienne de l’éleveur auprès des veaux : « Combien de tétés estimez-vous qu’il faut suivre par semaine, demandait-il aux bouchers ? Quatorze, soit deux par jour, sept jours sur sept. Les veaux ont besoin de lait le week-end ! » « C’est une production gourmande en main d’œuvre », ajoutait Laurent Comby.

journée des bouchers gaec lagrangette à cuzancejournée bouchers gaec lagrangette à cuzance











La frontière départementale était ensuite franchie avec la visite d’une exploitation ovine, au Gaec Lagrangette, à Cuzance, dans le Lot. Le cheptel ovin de Jean-Jacques Leygonie, présenté par Philippe Bressac, responsable de la filière ovine au Groupe coopératif Capel, aux côtés de Hervé Destrel, dirigeant de la SA Destrel, est de « 950 brebis et agnelles F1-46. Les résultats techniques de sa campagne 2015 sont de 1.063 agneaux vendus, labellisés Agneau fermier du Quercy et Agneau fermier des Pays d’Oc ».
Objectif de l’éleveur : « persévérer dans l’agriculture de conservation qui me permet, en protégeant la faune du sol, de diminuer mes charges de labour et de semi. Grâce à cette technique, j’ai pu relancer ma production de céréales ».

journée bouchers gaec lagrangette cuzanceLa découverte des bouchers s’est clôturée par un repas à la Maison de la truffe de Cuzance, et la visite d’une truffière.

journée bouchers visite truffière